Employée en télétravail

Le télétravail : un mode de vie qui vous plairait ?

Avec la nouvelle année viennent les bonnes résolutions. Si l’une de vôtres est de passer moins de temps dans le transport journalier, vous pensez possiblement à transférer une partie de votre boulot en télétravail. Ce mode de travail, toujours en gestation, a-t-il été revu à la hausse par la grève des transports en commun ? Possiblement, mais il vaut mieux étudier le pour et le contre avant de prendre une décision.

Qu’est-ce que le télétravail

Le télétravail désigne une organisation du travail qui consiste à exercer, de façon régulière et volontaire, un travail hors des locaux de l’employeur en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Cette organisation est rendue possible grâce à l’utilisation d’ordinateurs, de l’Internet et du téléphone mobile.

Lorsqu’on entreprend le télétravail, il est important de revoir son environnement à la maison afin de créer un lieu tout aussi propice au travail que si vous étiez à votre bureau. Tout d’abord, assurez-vous de la qualité du débit Internet dans la pièce où vous allez travailler ainsi que du réseau mobile pour votre téléphone. Ensuite, équipez la pièce d’une table ou d’un bureau où vous pourrez positionner et ranger tous vos outils de travail, mais surtout choisissez un bon fauteuil de bureau, car votre confort sera primordial à votre efficacité.

Un mode travail toujours en gestation

Si vous songez aux multiples avantages du télétravail, vous pensez certainement qu’il se développe rapidement. Après tout, travailler dans le confort de sa maison, sans avoir à passer des heures dans les transports est une idée attrayante. Pourtant, les chiffres démontrent le contraire. Cette organisation de travail demeure très peu commune en France. Il semble que ses avantages ne fassent toujours pas le poids face aux inconvénients.

Pour les travailleurs, il existe un réel risque de débordement du travail dans leur vie privée. En effet, il s’avère beaucoup plus difficile de cesser le travail lorsqu’on ne doit pas physiquement le quitter pour se rendre à la maison. Pour les employeurs, le coût que le télétravail peut engendrer freine son utilisation. Alors qu’en 2009, le Centre d’analyse stratégique prédisait que près de 50 % de la population active française serait concernée par le télétravail en 2015, il n’était en réalité que 3 % en 2017 !

L’Union européenne, elle, affiche un taux moyen de 20 % de télétravailleurs. Le taux du télétravail varie entre 2 % dans les pays du sud-est de l’Europe (Grèce, Croatie, Bulgarie) et grimpe jusqu’à 30 % dans les pays du Nord (Danemark, Suède, Finlande).

Les effets de la mobilisation contre la réforme des retraites sur le télétravail

Comme nous l’avons indiqué précédemment, la France connaît beaucoup de retard dans ce domaine. Cependant, plusieurs employeurs ont encouragé la pratique pendant les grèves auprès de leurs employés et il leur saura désormais difficile à refuser d’accorder aux salariés de travailler à distance.

Le vrai problème du travail à distance, c’est qu’il augmente les barrières entre les différentes expertises de l’entreprise. En vérité, les partages informels entre employés sont souvent les plus créatifs et aident à la croissance. En réduisant ce temps de dialogue, le risque du télétravail devient souvent plus important que les gains qu’il peut apporter. Alors, le télétravail est-il pour vous ?