Taxi-moto

Comment devenir chauffeur de taxi-moto ?

Il se faufile entre les voitures, évite les bouchons et conduit les plus pressés aux quatre coins de la ville, c’est bien le conducteur de taxi-moto. Nombreux sont les passionnés de deux-roues qui aimeraient se tourner ou se reconvertir en ce drôle de taxi. Voici quelques informations pour mieux savoir comment devenir chauffeur de taxi-moto.

Un examen obligatoire

Pour devenir conducteur de taxi-moto, pas de formation officielle à suivre (même si certains établissements en proposent), mais un examen en candidat libre à passer. Si cela peut paraître un peu étrange, c’est pourtant la réalité. Cet examen se décompose en deux grandes parties : une partie théorique et une partie pratique. La partie théorique se décompose elle-même en deux grands plots, un tronc commun VTC taxi et une épreuve qui est vraiment liée à la profession de taxi-moto. La partie pratique est quant à elle, une mise en situation d’un transport de passager.

Par ailleurs, pour vous présenter à cet examen payant, vous devez posséder le permis A ainsi qu’une attestation d’aptitude physique délivrée par le préfet et un certificat de capacité professionnelle délivré par la Préfecture.

D’autres moyens de devenir taxi-moto

Ceux qui ne veulent pas préparer cet examen peuvent ruser et passer l’examen dans un autre pays, appartenant à l’Espace Économique Européen. De cette façon, il est possible d’obtenir la fameuse carte professionnelle et ainsi revenir travailler en France, à son compte ou pour une entreprise.

Par ailleurs, il existe une autre “faille” pour ruser : avoir travaillé précédemment dans une expérience professionnelle similaire au cours des 10 dernières années. Dans ce cas, vous pouvez obtenir la carte professionnelle, en apportant bien sûr des preuves à la Préfecture.

Il existe donc différentes façons de devenir taxi-moto pour celui qui le désire vraiment.

Les qualités requises pour devenir taxi-moto

Le taxi-moto est toujours sur la route et doit être passionné de conduite, il est également sans cesse en contact avec les clients, encore plus qu’un taxi classique. Il doit être très vigilant et apporter un sentiment de confiance à ses clients car la moto n’est pas une voiture et le danger est souvent plus important sur la route. Il doit prendre en compte la circulation et il est souvent amené à prendre en charge des clients “pressés” et très exigeants.

Le chauffeur doit avoir de l’endurance, mais aussi être résistant pour affronter les conditions météorologiques, quand il pleut ou quand il vente, il est directement impacté et doit faire avec !